Le secret du monde

Blog d'un japonais égaré dans un monde francophone.

11 mars 2009

Journal Intime

C'était son journal intime. Sur un cahier qu'elle mettait par terre, elle écrivait. Il faisait tard. Tout le monde de la chambre d'auberge étaient retournés, et commençait à arranger les choses avant de se coucher. J'étais en train de discuter avec eux, mais quand je l'ai vu écrire, je me suis approché d'elle, car, j'aimais bien des gens qui écrivaient.

- Qu'est-ce que tu écris ? ai-je demandé.
- C'est mon journal intime !

Elle a tourné la tête vers moi.

- Tu écris sur ton voyage ?
- Oui.
- Et sur nous aussi ?
- Bien sûr. Tu veux voir ?

Elle m'a sourit, et m'a montré son journal. C'était en espagnol. Mais, vu que je ne comprenais pas, elle m'a dit :

- Tu ne parles pas espagnol ?
- Non. Tu viens d'où ?
- Je viens de l'Argentine.

C'était une fille gaie, et quand elle parlait, elle a quelque chose de douce et gentil. C'était quelqu'un de bonne foi. C'était quelqu'un qu'on aimerait tout de suite. Sa façon de sympathiser avec les gens m'a beaucoup plu.

- J'écris toujours mon journal quand je voyage, m'a-t-elle dit.
- Ah oui ? Moi aussi.

C'était vrai. Quand je voyageais, j'écrivais toujours un journal.

- Tu vois, ça c'est le titre. C'est...

Elle m'a montré la couverture du cahier, et lu le titre à haute voix soigneusement, mot par mot. Les mots qu'elle a prononcés m'ont paru si doux. Pour la première fois dans ma vie, j'ai trouvé l'espagnol aussi bell.

- Tu restes combien de temps à Paris ? ai-je demandé.
- Trois jours. Et après, je vais partir au Israël.
- Au Israël ?
- Oui, « land of the promise! » a-t-elle rit. Je connais des gens là-bas.

Elle était toujours gaie. Et ce n'était pas parce qu'elle avait une bonne humeur exceptionnel cette nuit-là, ni qu'elle s'intéressait à moi en particulier, mais c'était tout simplement sa nature.

- Tu sais quoi, a-t-elle dit, tu peux écrit quelque chose en japonais ?
- Oui bien sûr ! Où est-ce que j'écris ?
- Ici, sur cette page.
- D'accord !

J'ai écrit mon nom.

- Pourquoi tu en as écrit trois fois en différentes lettres ?
- En fait, il y a trois façons d'écrire en japonais.
- D'accord ! Merci !

Elle était contente.

Cette nuit-là, j'ai pensé à elle. Cette courte rencontre m'a occupé durant la nuit d'insomnie. Il était probable, pensais-je, qu'on ne se verrait jamais, et au bout d'un moment, je oublierais des choses : sa voix enrouée, son air italien (elle a un peu du sang italien), sa façon de rire, et tous les détails je trouvais si agréables...

Le lendemain matin, quand je me suis réveillé, elle dormait encore. Avant de partir, je l'ai secoué gentiment. « Ecoute, ai-je chuchoté, je m'en vais, mais je te laisse mon e-mail. Si jamais tu en as envie, surtout n'hésite pas de m'écrire. » Elle m'a donné un signe de tête, toujours souriant.

Je suis parti, et j'ai pris le métro. Je prendrais ensuite le bus pour aller à l'aéroport. Dans quelques heures, je serais dans un autre pays...

Mon voyage allait bientôt commencer.

Posté par ayejp à 14:55 - voyage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire